La revue didactique en médecine gériatrique
 

Le cancer colorectal métastatique du sujet âgé : revue de la littérature scientifique

Épidémiologie du cancer colorectal du sujet âgé

Le cancer colorectal (CCR) est un problème majeur de santé publique en France et dans le monde. Il s’agit d’un cancer fréquent, dont la prévalence en France est la troisième plus importante après le cancer de la prostate et du sein. En 2015, on déplorait 42 000 cas de CCR en France.
Bien que de nouvelles molécules et stratégies thérapeutiques toujours plus efficaces soient disponibles, les chances de survivre à un CCR restent faibles. Le CCR a été responsable d’environ
18 000 décès en 2015 en France, le classant au 2e rang des cancers les plus mortels, après le cancer du poumon. Tous stades confondus et à 5 ans du diagnostic, le taux de survie des patients s’élève à seulement 60 %. Cette faible survie est majoritairement liée à l’évolutivité métastatique de la maladie, ou à la progression de métastases déjà présentes au diagnostic, malgré une thérapeutique adaptée. Une fois le stade métastasique atteint, le taux de survie à 5 ans du diagnostic tombe à seulement 11 %. Or cette situation est fréquente puisque 25 % des patients présentent un stade métastatique au diagnostic (métastases synchrones) et 40 à 60 % des patients peuvent évoluer vers un stade métastatique après le traitement initial (métastases métachrones).

De récentes données publiées par Santé publique France [1] estiment en 2017 que le nombre de cas de CCR et de décès liés au CCR par an a été de 24 035 et 9 294 respectivement chez l’homme et 20 837 et 8 390 chez la femme.
La prévalence et l’incidence du CCR sont donc en perpétuelle augmentation si l’on compare ces chiffres à ceux de 2015.

Le CCR est une pathologie du sujet âgé. En effet, selon des données de l’Institut national du cancer publiées en 2016, l’âge médian au diagnostic est de 71 ans chez l’homme et 75 ans chez la femme et l’âge médian au décès est de 77 ans chez l’homme et 81 ans chez la femme. Environ 83 % des décès par CCR surviennent chez l’homme de 65 ans et plus. Cette proportion est proche de 86 % chez la femme de 65 ans et plus. La survie globale à 5 ans diminue avec l’âge, tout âge et sexe confondus. Elle est de l’ordre de 63 % et baisse à 50 % pour les patients âgés de plus de 75 ans (contre 70 % pour les patients âgés de moins de 50 ans) (Tab. 1) [2].

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Repères en Gériatrie.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles