La revue didactique en médecine gériatrique

Risque de fractures chez les femmes âgées avec une DMO basse sans ostéoporose : intérêt du zolédronate

Nous savons les biphosphonates efficaces dans la prévention des fractures chez les patients atteints d’ostéoporose. En revanche, leur action chez les femmes ayant une densité minérale osseuse diminuée (ostéopénie) sans ostéoporose n’est pas connue. Pourtant, malgré un T- score > -2,5, cette population est également à risque de fractures.

 

Présentation de l’étude

L’étude de Reid IR et al., randomisée, en double aveugle, consistait à suivre sur 6 ans, 2 000 femmes en post-ménopause, âgées de 65 ans ou plus, avec ostéopénie (définie par un T-score entre -1 et -2,5 à la hanche totale ou au col fémoral de chaque côté). Les patientes étaient randomisées selon un ratio 1:1 pour recevoir 4 injections intraveineuses à 18 mois d’intervalle : soit de zolédronate à la dose de 5 mg (groupe zolédronate, n = 1 000), soit de solution saline (groupe placebo, n = 1 000). Les participantes à l’étude devaient se rendre tous les 18 mois au Clinical Research Center de l’université d’Auckland. L’ensemble des femmes recevait pendant toute la durée de l’étude une dose mensuelle de 1,25 mg de cholécalciférol. Le critère principal était le moment de la première apparition d’une fracture de fragilité non vertébrale ou vertébrale. Les critères secondaires étaient l’apparition d’une fracture symptomatique, d’une fracture vertébrale, une diminution de la taille, et l’évaluation de la mortalité.

 

Résultats de l’étude

  • Une fracture de fragilité est survenue chez 190 femmes du groupe placebo et 122 femmes du groupe zolédronate (HR = 0,63, IC 95 % [0,50-0,79], p < 0,001).
  • Le nombre de femmes à traiter pendant 6 ans pour empêcher la survenue d’une fracture de fragilité chez une femme était de 15.
  • Comparées aux femmes du groupe placebo, celles ayant reçu le zolédronate avaient un risque plus faible de fracture de fragilité non vertébrale (HR = 0,66 ; p = 0,001), de fracture symptomatique (HR = 0,73 ; p = 0,003), de fracture vertébrale (OR = 0,45 ; p = 0,002) et d’avoir une taille réduite de 1 cm ou plus (p < 0,001).

En tout, 107 événements indésirables sérieux ont été reportés chez 443 participantes du groupe placebo et 820 chez 400 participantes du groupe zolédronate (OR = 0,84 ; 95%CI [0,70-1,00]). Les OR pour la mortalité et le cancer avec le zolédronate étaient respectivement de 0,65 (IC95% [0,40-1,05]) et de 0,67 (IC95% [0,50-0,89]). Le possible bénéfice du zolédronate dans le cancer, observé dans cette étude, n’est pas nouveau. Certaines précédentes études sur le cancer du sein suggéraient déjà un effet antitumoral des biphosphonates. De plus amples études sont cependant nécessaires pour confirmer ces observations.

Conclusion

Dans cette étude, le risque de fracture de fragilité vertébrale ou non vertébrale est significativement diminué chez les femmes avec ostéopénie ayant reçu le zolédronate par rapport à celles qui ont reçu le placebo. Ces résultats confirment ceux d’études précédentes [1, 2]. Ainsi, un traitement par zolédronate pourrait donc être proposé aux femmes en post-ménopause avec ostéopénie pour prévenir le risque de fracture.

 

Que donnent les autres biphosphonates ?

Une étude similaire a évalué un autre biphosphonate, l’alendronate, versus placebo chez les femmes avec ostéopénie, sans montrer de réduction significative du risque de fracture [3]. En revanche, les résultats groupés d’études évaluant le risédronate suggèrent un effet préventif sur les fractures chez les patients avec ostéopénie [4]. Quant au clodronate, une étude a montré qu’il réduirait l’incidence des fractures dans une communauté de femmes âgées de 75 ans ou plus avec ou sans ostéoporose [5]. Les biphosphonates n’ont donc pas dit leur dernier mot !

 

Bibliographie

  1. Black DM, Delmas PD, Eastell R et al. Once-yearly zoledronic acid for treatment of postmenopausal osteoporosis. N Engl J Med 2007 ; 356 : 1809-22.
  2. Lyles KW, Colón-Emeric CS, Magaziner JS et al. Zoledronic acid and clinical fractures and mortality after hip fracture. N Engl J Med 2007 ; 357 : 1799-809.
  3. Cummings SR, Black DM, Thompson DE et al. Effect of alendronate on risk of fracture in women with low bone density but without vertebral fractures: results from the Fracture Intervention Trial. JAMA 1998 ; 280 : 2077-82.
  4. Siris ES, Simon JA, Barton IP et al. Effects of risedronate on facture risk in postmenopausal women with osteopenia. Osteoporos Int 2008 ; 19 : 681-6.
  5. McCloskey EV, Beneton M, Charlesworth D et al. Clodronate reduces the incidence of fractures in community-dwelling elderly women unselected for osteoporosis: results of a double-blind, placebo-controlled randomized study. J Bone Miner Res 2007 ; 22 : 135-41.