La revue didactique en médecine gériatrique

La vaccination contre la grippe chez la personne âgée à l’ère du Covid-19

Les vaccinations ont un rapport coût/efficacité important. Dans le contexte épidémiologique actuel lié au Covid-19, il faut rappeler l’efficacité et la bonne tolérance des vaccins antigrippaux et anti-pneumococciques. Il est d’ailleurs important de communiquer que le site vaccination-info-service.fr permet d’accéder à une information de qualité et validée.

Le vaccin antigrippal est dorénavant quadrivalent. Il faut rappeler la nécessité de la vaccination chez les soignants, mais également chez les sujets à risque ; le taux de vaccines étant largement perfectible en France, tant chez les soignants que chez les sujets à risque. La dispensation par les pharmaciens a été bien reçue par le grand public et est dorénavant généralisée. Pourtant, le vaccin antigrippal dosé à 60 µg n’a toujours pas de remboursement en France, malgré des recommandations internationales et une efficacité augmentée de 25 % chez les plus âgés. Des discussions sont ouvertes pour rendre le vaccin obligatoire chez les soignants, mais n’est pas à l’ordre du jour pour cette année, même si les deux académies de médecine et de pharmacie ont plaidé pour. Il serait préoccupant que les épidémies de grippe et de Covid-19 se télescopent cet hiver, justifiant donc une indication de vaccination antigrippale large.

 

Introduction

L’épidémie de Covid-19 a mis en avant la vaccination et il n’est pas une journée sans une nouvelle information, un nouveau vaccin, un nouvel essai en cours. La gravité de l’épidémie de Covid-19 justifie une recherche intense pour la mise au point d’un vaccin. Fin septembre, d’après l’OMS, il y avait dans le monde 176 vaccins différents en développement et déjà 33 d’entre eux ont entamé les phases d’essais cliniques sur l’humain. Néanmoins, même si ce vaccin se montre efficace (avec quel niveau de protection, pour qui, combien de doses, quelle durée de protection ?), il faudra réussir à convaincre les sceptiques. Dans une enquête faite en France juste après la mise en place du confinement en mars 2020, il a été constaté que 26 % des répondants ont déclaré que si un vaccin contre le Covid-19 devenait disponible, ils ne l’utiliseraient pas [1].

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Repères en Gériatrie.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles